LE BRÉSIL
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
EN
Carnaval d'Olinda Carnaval de Salvador Fête de Lemanja Bumba meu boi Cirio de Nazaré Fête de Sao Joao Fête de Sao Joao

Accueil > Blog-actu > Arts et Culture > Le carnaval dans la belle Olinda

Retour

Le carnaval dans la belle Olinda
Par Julia, 25/02/2016


Carnaval à Olinda
Carnaval de Olinda - Brésil


Un ami tout récent de Fortaleza m’a gentiment proposé de passer le carnaval à Olinda. Depuis plusieurs années, il loue une maison dans la ville et partage les frais entre les participants. J’ai sauté sur l’occasion d’un voyage déjà organisé. Il ne me restait plus qu’à acheter les billets de bus.


Convento de São Francisco - Olinda
Valdiney Pimenta - Convento de São Francisco - Olinda - Brésil


Chaque année, du 5 au 10 février, les rues irrégulières de la petite ville coloniale voisine de Recife accueille l’un des trois grands carnavals du Brésil. La plupart des carnavaliers de Fortaleza passe le pré-carnaval à Fortaleza et le carnaval à Olinda. Cette tendance est si forte que l’une des rues d’Olinda a été rebaptisée « 085 », le préfixe des numéros de téléphone de Fortaleza, car elle est connue pour concentrer les natifs de la capitale du Ceará.
12h de bus séparent les deux villes côtières Fortaleza et Recife. Habituée à la clim sans concession des bus brésiliens, j’ai préparé mes chaussettes et mon sac de couchage pour la nuit. Je me retrouve à la pire des places, soit au fond près des toilettes, mais, par chance, sans personne à côté de moi, je profite pour m’étaler sur les deux sièges. Je me réveille au petit matin devant des paysages plus verdoyants que la veille.
Le bus a comme prévu quelques heures de retard. À la gare routière, un petit groupe de jeunes danseurs et musiciens bariolés accueille les passagers au son du frevo, rythme incontournable du carnaval d’Olinda. Je suis au bon endroit.
Je rejoins de parfaits inconnus qui font partie du même groupe d’amis pour partager les 70 Réais du taxi, négociés avant d’entrer dans le véhicule, munis de nos sacs de déguisements respectifs.
Habituellement, il serait possible de rejoindre le centre de Recife en métro depuis la gare, pour que le taxi revienne moins cher, mais en temps de carnaval, les rues du centre sont impraticables.
Direction la belle Olinda !
J’arrive sous un soleil de plomb. Tous prennent le temps de se préparer : un kilo de paillettes passe de main en main, des plumes, des colliers à fleurs, du maquillage, des lunettes fantaisies, des masques, des casques guerriers et même un serre-tête avec des cornes de diable… pendant 5 jours tout est permis.
Tous sortent en trombe de la maison en direction du centre historique d’Olinda. Sur le chemin, les marchands ambulants proposent surtout des bières et des cigarettes. « 3 bières pour 10 réais » devient presque le slogan du carnaval. L’air est saturé par l’odeur des brochettes de viande qui rôtissent sur les barbecues de fortune.
Je passe par une succession de montées et de descentes raides dans les rues pavées encadrées par des rangées de maisons multicolores. Et ce n’est pas une ou deux rues, mais un centre historique immense qui une fois par an devient le terrain de jeu des carnavaliers. Dans l’ambiance moite et électrique on reprend en chœur les vers des chansons typiques qui sont rejouées à chaque carnaval et auxquelles viennent s’ajouter de nouvelles mélodies.


Carnaval à Olinda
Carnaval de Olinda - Brésil


Au détour d’une rue, une pancarte vente « Le meilleur Axé d’Olinda ». L’Axé est une petite merveille. Une boisson typique d’Olinda faite à base d’un mélange de cachaça (alcool de canne à sucre) et de quelques 27 herbes différentes. Le vendeur me tend la bouteille avec un sachet de miel et des graines de guarana. Dans une suite de mouvements précis, savoir-faire hérité de précédents carnavals, mon ami boit une gorgée, déchire le sachet de miel qu’il verse dans la bouteille avec les deux graines de guarana, avant de la secouer. Le guarana confère immédiatement un gout épicé au mélange et nous rend soudainement plus énergiques.
Aller au carnaval c’est d’abord maîtriser l’art de ne pas se perdre du groupe. Je traverse des kilomètres de rues bondées à la queue leu leu à un rythme soutenu. Si quelqu’un s’arrête, on prévient le reste de la bande. On s’arrête aussi de temps en temps pour prendre des photos avec des amis ou des inconnus.


Carnaval à Olinda
Carnaval de Olinda -Brésil


On se retrouve tous dans la « 085 », le point des natifs de Fortaleza. Il s’agit en fait d’une place à l’ombre des arbres et cerclées de stands de nourriture. L’endroit rêvé pour passer les prochaines heures à discuter avec absolument tout le monde dans une ambiance endiablée, en regardant passer des groupes de musique. À Olinda, on entend beaucoup de percussions et d’instruments à vent, tels que la trompette qui entonne des mélodies gaies et entêtantes.
Quand les rues commencent à devenir un peu moins bondées, c’est l’heure de repartir vers la maison. Bien souvent, on passe la journée au carnaval d’Olinda et le soir on file à Recife. À Recife c’est une toute autre ambiance. Des artistes nationaux font des concerts sur des scènes gigantesques devant un public innombrable. Il faut faire attention aux mouvements de foules et à son sac.
Quatre jours de fêtes intenses plus tard, avec très peu d’heures de sommeil, je me retrouve à la gare routière de Recife couverte de paillettes dans une robe à fleurs, prête à faire le trajet en sens inverse.
Le carnaval à Olinda c’est d’abord une fête immense à l’échelle d’une ville au nom de l’amusement dans le respect et la bonne humeur. On regrette simplement qu’il n’ait lieu qu’une fois par an.


Carnaval à Olinda
Carnaval de Olinda - Brésil